dimanche 16 octobre 2016

ALEP EST ALEP OUEST

Les médias parlent beaucoup des bombardements sur ALEP EST, mais ils ne parlent jamais de ceux qui endeuillent ALEP OUEST.

De même, l'image du petit garçon couvert de poussière, blessé, et manifestement en état ce choc après un raid aérien sur Alep, a fait la une de toute la presse internationale alors que les photos de cet autre petit garçon décapité par les rebelles modérés d'Alep n' ont été relayées presque nulle part.

Il y a donc deux guerres : la guerre des bombes et la guerre des images. Et la plus dangereuse n'est peut-être pas celle qu'on croit.

Par-delà le bien le mal, le témoignage de sœur Anne-Françoise, carmélite de la communauté d'ALEP, c'est par ici.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire