samedi 6 août 2016

Montaigne, la datcha, les terroristes et les choux

Depuis début juillet en Russie, j'alterne les séjours à la datcha et les séjours en ville.

A chaque retour en ville, je retrouve internet et les informations et chaque fois c'est la même chose : un terroriste fanatique musulman a tué à la hache, au couteau, au camion...

Alors je retourne vite à la datcha avec mon épouse, ma petite fille (et parfois aussi "Baboule", ma belle-mère!) sans radio, sans télé, sans nouvelles et sans mauvaises nouvelles.

Je cueille quelques framboises, quelques fraises, et je feuillette quelques pages de Montaigne qui m'accompagne cet été.



Mes pensées flottent et vont des tomates rouges qui mûrissent dans la serre aux malheureuses victimes dont les corps pourrissent déjà sous terre,

Un chien aboie, l'eau clapote dans le petit bassin, le voisin met Radio Datcha à plein volume, et ma fille pousse un cri de joie en voyant les énormes choux qui poussent dans le modeste jardin-potager.




La page lue de Montaigne croise alors l'instant vécu

"Je veux que la mort me trouve en train de planter mes choux, mais insoucieux d'elle et encore plus de mon jardin inachevé."
Essais I, 20

Mais pour l'instant, c'est la vie qui me trouve en train de déguster de délicieuses cerises et d'en faire des confitures !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire