jeudi 19 novembre 2015

une étrange minute de silence

Lundi dernier, j'étais de passage à l'école française Danielle Mitterrand d'Erbil pour régler les frais de scolarité d'un des enfants russes dont je suis précepteur-gouverneur.

Cette école est un bel établissement - gardé comme une véritable forteresse par une dizaine d'hommes lourdement armés.

Il était midi heure locale et j'ai assisté à un surprenant spectacle.

Une centaine d'enfants réunis dans la cour.

Au coup de sifflet d'un des enseignants, le silence se fit.

Silence émouvant.

Mais au bout de trente seconde, l'appel à la prière craché par les hauts-parleurs de la mosquée voisine vint perturber la cérémonie.

Et c'est au son d'Allah Akbar que les enfants de l'école d'Erbil rendirent hommage aux innocentes victimes parisiennes massacrées aux cris d'Allah Akbar.

3 commentaires:

  1. Bonjour Grog,
    c'est effectivement cocasse. Les attaques du vendredi 13 nous ont particulièrement fait mal parce que ce sont tous les Français, sans aucune distinction, qui ont été touchés. Je connais le boulevard Voltaire, Bastille, République, je connais le stade de France et c'est une partie de nous tous qui a été attaquée. Les muezzins d'Erbil n'y sont pour rien mais je comprends - sans l'accepter ou l'approuver - qu'on puisse faire des amalgames un peu rapides. Notez cher Grog que le drame a pu au moins rapprocher Hollande et Poutine ! Que Dieu veille sur la France !

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour cher Mahmoud, j'ai vécu plusieurs années dans le X et XI arrondissement et ce massacre dans des lieux si familiers et aimés m'a choqué et attristé. Comme vous le dites justement "c'est une partie de nous qui a été attaquée".
    Pour l'amalgame, je sais bien faire la distinction entre musulmans "normaux" et musulmans "fanatiques". Je sais bien que les musulmans sont les premières victimes des fanatiques et que de nombreux musulmans se battent courageusement contre le démon Daech - je pense aux braves peshmergas que je vois tous les jours au Kurdistan.
    Par contre, il y a un leitmotiv que je trouve faux c'est celui ci : "les terroristes n'ont rien à voir avec l'islam. L'islam ce n'est pas ça."
    Il y a un rapport entre islam et islamisme : il ne faut pas le nier, il faut le comprendre, l'éclairer pour pouvoir mieux le détruire.
    Si un chrétien disait que les Croisades n'ont rien à voir avec le christianisme (je ne dis pas avec le Christ, mais avec le christianisme, en tant que religion avec tout ce que cela comporte d'humain, trop humain), je crois qu'on pourrait sans erreur le traiter d'affreux menteur !
    à bientôt cher monsieur Lakama, et que le Seigneur nous éclaire et nous pardonne.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Grog,
    je vous recommande chaleureusement la saine lecture d'un essai récent, le mythe de l'islamisation de Raphael Liogier. J'en ai lu quelques extraits vraiment stimulants. Je m'en procurerai un exemplaire lors de mon séjour en France. Voici le résumé de l'éditeur mais le livre vaut mieux encore : Depuis le milieu des années 2000, un mot s’est immiscé dans le débat : islamisation. Les musulmans, dont la population s’accroîtrait dangereusement, chercheraient à submerger numériquement et culturellement l’Europe. L’imaginaire du complot déborde ainsi peu à peu le cadre de l’islamophobie ordinaire. Si cette perception paranoïaque était restée l’apanage d’une poignée d’extrémistes, elle ne ferait pas question, mais elle envahit aujourd’hui l'espace public, imprègne les discours de politiciens écoutés et les analyses d'auteurs réputés sérieux.

    Cet essai salutaire s’attelle à déconstruire ce qui n’est autre qu’un mythe et interroge l’obsession collective qu’il recèle. Il montre ainsi que la « bombe démographique musulmane » qui serait prête à éclater sur le triple front de la natalité, de l’immigration et de la conversion relève du fantasme. Quant au regain de ferveur spirituelle et au renouveau identitaire des musulmans, ils n’ont pas la signification conquérante ni même politique que suggère l’épouvantail de l’« islamisme ». Cette réfutation en règle permet enfin de comprendre pourquoi l’Europe et la France en particulier ont tant besoin de l’« ennemi musulman. "

    Notre Seigneur, ne nous châtie pas si nous oublions ou si nous tombons dans l’erreur. Notre Seigneur, ne nous fais pas porter un fardeau comme celui que Tu as imposé à nos devanciers. Notre Seigneur, ne nous charge pas d’un fardeau qui dépasse nos forces; et absous-nous et pardonne-nous et aie pitié de nous. 2,287.

    RépondreSupprimer