mardi 27 octobre 2015

Le "blues" des chauffeurs de taxis kurdes

A Erbil, une bonne partie des chauffeurs de taxis sont aussi peshmergas.

Une semaine dans le taxi à transporter des clients, une semaine sur le front à lutter contre DAECH.

Hier, les trois chauffeurs avec qui j'ai parlé n'avaient qu'un mot à la bouche : "Mochkila" - ce qui veut dire "malheur" ou "problème".

Ils m'expliquaient qu'ils venaient seulement de toucher - hier 26 octobre -  avec trois mois de retard leur salaire de peshmerga  de juillet.

Août, septembre et octobre n'ont donc toujours pas été versés et pourtant...

... des centaines de milliers de barils de pétrole sont produits et vendus chaque jour,

... et pourtant des Hummer, des Dodge, des Jaguar, des Bmw et autres Mercedes sillonnent les routes du Kurdistan.

L'un de ces peshmergas m'a dit : "Barzani and Talamani (les deux chefs des deux clans qui se partagent le pouvoir au Kurdistan d'Irak) they have a lot of money. But if you criticize them, you die. You must shout your mouth. But how can we live without money, tell me ?"

Que pouvais-je répondre ? Rien.

Et nous écoutions, sur les routes d'Erbil, Aram Shaida qui chantait "My i phone to galaxy"




A mon avis, l'indépendance du Kurdistan d'Irak, ce n'est ni pour demain, ni pour après-demain. Peut-être dans une prochaine galaxie...

2 commentaires:

  1. Bonjour Grog, franchement, la musique ne m'a pas convaincue, c'est un peu la musique russe des années 90. Par contre, c'est vrai qu'il est toujours malheureux de voir des gens pauvres, d'ailleurs ça me rappelle également la Russie des années 90, les gens touchaient leur salaire avec plusieurs mois de retard, et il y a eu beaucoup de suicides, dans l'armée par exemple... Aujourd'hui les militaires en Russie sont traités de façons digne, j'espère que c'est aussi le cas pour les médecins et professeurs. Comme dit Poutine, des problèmes - il y en a dans tous les pays. Acia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Acia, je crois qu'il faut être assis dans un taxi kurde pour apprécier (la boîte à rythme d') Aram Shaida !
      Pour les salaires non payés depuis plusieurs mois, j'ai aussi pensé à la Russie. Ainsi à Togliatti, dans les années 90, les ouvriers de BAZ n'avaient pas été payés pendant 9 mois : passage de la vie à la survie, avec tout ce que cela implique (désespoir, endettement,crise familiale, parfois prostitution, trafics... et développement obligatoire du potager de la datcha.)
      Ici la crise est moins économique que politique. Les Kurdes jouissent d'une grande autonomie au sein de l'Irak et ils rêvent d'indépendance. Mais au lieu de s'émanciper et de dire "Nous allons nous débrouiller et payer nous-mêmes nos fonctionnaires et nos peshmergas", ils demandent à Bagdad de donner des dollars pour payer tout le monde ! Ils veulent l'indépendance ou ils veulent de l'argent ?!
      Bonne journée et à bientôt.

      Supprimer