jeudi 24 septembre 2015

OSS 117 se beurre la biscotte à Erbil

Ce matin alors que je dormais paisiblement, j'ai regretté mon ancienne chambre sans fenêtres...



La fiction





La réalité





Si les appels des muezzins sont plus longs, plus nombreux et plus forts que d'habitude (très très gros euphémisme) c'est qu'aujourd'hui est célébrée la fête de l'Aïd.

Fête à laquelle je ne me sens pas complètement étranger puisqu'elle commémore un événement de l'Ancien Testament partagé par les Juifs, les Chrétiens et les Musulmans : le sacrifice à Dieu d'Isaac par Abraham (Ibrahim, chez les musulmans).

Sacrifice qui, on le sait bien, n'a finalement pas eu lieu puisque l'ange du Seigneur a arrêté le bras du père avant qu'il ne frappe son fils.

Et c'est finalement un bélier qui a été égorgé à la place d'Isaac - d'où les méchouis de moutons in memoriam. 

Lorsque j'étais végétarien, j'avais toujours un peu de mal avec cette histoire. Je me disais : Certes c'est bien, Dieu ne permet pas le sacrifice humain, mais pourquoi permet-il quand même le sacrifice d'un animal innocent ?

Je n'ai toujours pas de réponse à cette question, je n'ai pas eu de biscottes beurrées pour mon petit-déjeuner, et j'ai mal aux oreilles !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire