jeudi 23 juillet 2015

Tolstoï à Togliatti !

Plongé dans LES COSAQUES (1863) de Tolstoï - récit en grande partie autobiographique qui raconte l'engagement militaire et le départ pour le Caucase d'Olenine, un jeune noble russe - j'ai eu l'agréable surprise de voir mentionné dans les premières pages la ville de Togliatti !

Togliatti ou plutôt STAVROPOL, son ancien nom.

Une note de mon édition de poche de 1967 précise, en bas de page, que Stavropol est "une ville forte au nord du Caucase, à mi-distance entre la mer Noire et la Caspienne, fondée par les Russes en 1777 comme avant-poste pour la conquête du Caucase".

La description au début du chapitre III n'est pas très flatteuse pour Togliatti mais enfin on y apprend que les habitants n'ont pas attendu l'Alliance française et le rachat de Lada par Renault pour se mettre à parler français !

Plus Olenine s'éloignait du centre de la Russie, et plus lui semblait loin tous ses souvenirs ; plus il approchait du Caucase, et plus son coeur était léger (...) Et un sentiment tout nouveau pour lui de libération de tout le passé l'envahissait parmi ces êtres grossiers qu'il rencontrait sur la route et en qui il ne voyait pas des gens sur le même pied que ses connaissances moscovites. Plus ces peuples étaient grossiers, moins il y rencontrait de signes de civilisation, et plus il se sentait libre.

Stavropol, qu'il lui fallait traverser, le peina. Des enseignes, même des enseignes en français, des dames en calèche, des fiacres stationnant sur la place, un boulevard et un monsieur en capote et en chapeau qui passait sur ce boulevard et regarda les voyageurs, tout cela lui fit mal.

"Peut-être que ces gens connaissent quelqu'un de mes amis", et de nouveau il pensa au club, au tailleur, aux cartes, au monde...

Par contre, après Stavropol, tout alla bien : c'était sauvage, et en outre beau et guerrier.


Léon Tolstoï, 1851
Tolstoï (à gauche) avec son frère Nicolaï en 1851.
Tolstoï a 23 ans lorsqu'il s'engage dans l'armée et part dans le Caucase combattre les Tchétchènes. 


3 commentaires:

  1. Bonjour Grog, deux liens sur des articles concernant la Crimée. http://fr.sputniknews.com/analyse/20150724/1017210587.html
    Le second est un 'coup de flingue', tant pis pour lui, il n'avait qu'à ne pas mettre le nez au guichet. http://www.bvoltaire.fr/ronaldzonca/monsieur-roux-chicoree-nest-cafe,195522

    La Jigouli de Crimée

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour les liens. Ces quelques députés français font bien d'aller en Crimée, mais je suis sûr que votre voyage sera plus intéressant que le leur. Le blog de Grog espère bien pouvoir publier vos notes de voyage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans problème, j'attends désormais que la poste me donne le document du FMS et c'est avec plaisir que je vous transmettrai ce que je vois. Lorsque viendra ce temps, nous verrons comment échanger des fichiers. Dans tous les cas, je vous remercie de faire connaitre la Russie par la base, ce qui est mon approche favorite, loin des agitations souriantes et improductives. J'ai plus confiance dans un homme que je regarde dans les yeux que dans toutes les déclarations politico-diplomatiques!

      Supprimer