mercredi 15 juillet 2015

L'avortement, un business très rentable



Je reprends aujourd'hui un article publié par Yves Daoudal sur son blog. C'est tout simplement effrayant.




 Life Site vient de diffuser une vidéo où l’on voit une directrice du Planning familial discuter tranquillement de la façon dont on doit découper les fœtus dans le ventre de leurs mères pour pouvoir avoir des morceaux en bon état afin qu’ils soient vendables. Le morceau se vend entre 30 et 100$. C’est le foie qui est le plus demandé, bien que « beaucoup veuillent des cœurs intacts en ce moment ». Elle reçoit des demandes pour des poumons, et aussi pour des « extrémités inférieures », et elle ne sait pas trop pourquoi, sans doute « pour les tissus musculaires ».
Le seul problème est qu’il faut le faire de façon à qu’on ne dise pas « la clinique vend des tissus et se fait de l’argent avec cela ».
Elle pratique elle-même des avortements à Los Angeles jusqu’à la 24e semaine. Elle explique qu’elle tient une petite réunion chaque matin pour déterminer quelles parties du corps sont demandées (les clients remplissent un formulaire) et quelles sont les « patientes » qui ce jour-là auront des bébés sur lesquels on pourra faire les prélèvements. Ainsi les avorteurs pourront adapter leurs gestes de façon à ne pas endommager les organes à vendre ce jour-là. « Pour cette raison, la plupart des fournisseurs – sic – se font guider par échographie, afin de déterminer où ils vont mettre les forceps. Ils se disent : “Je ne vais pas écraser cette partie, je vais écraser en dessous, et au-dessus, et je vais voir si je peux avoir ça intact.” Certains changent la façon dont le fœtus se présente, de sorte qu’il ne vienne pas par la tête, parce que vous ne pouvez pas obtenir la dilatation suffisante. Si vous le faites à partir de la présentation par le siège, par les jambes, alors vous pouvez finir par avoir le crâne intact. »
La loi fédérale américaine interdit l’avortement par démembrement depuis George Bush, et la vente d’organes. Mais, dit Deborah Nucatola, « les lois sont sujettes à interprétation. Si je vous dis d’emblée que je n’ai pas l’intention de faire cela, ce qui arrive après n’a pas d’importance. »
Il faut regarder cette vidéo, car on y voit Deborah Nucatola raconter cela comme elle raconterait ses vacances, sans l’ombre d’une hésitation, sans la moindre pudeur, entre une fourchetée de salade et une gorgée de vin… Il me semble que n’importe qui de normal ne peut que se demander comment c’est possible. Comment l’être humain peut en arriver à ce degré d’inconscience dans le mal.
J’aimerais que ce soit un canular. Mais ce n’est pas le genre de Life Site.

5 commentaires:

  1. Marchandisation de de la vie (GPA) marchandisation de la mort, quel futur pour une telle société ? Ce sera sans moi. La prochaine étape sera de faire une vidéo du nouveau né, d'appliquer un programme informatique pour le montrer à 20, 30, 40 ans et les parents déciderons alors de le jeter à la poubelle ou non.
    Si vous aimez les bimbos, ma lettre à Pamela 'silicone' Anderson http://www.bvoltaire.fr/ronaldzonca/lettre-a-madame-pamela-anderson,193607
    J'aime toujours autant la Crimée et les voyage en Jigouli

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Ronald, merci pour le lien.
      Ah, le temps passe et Pamela n'est plus la bimbo de rêve de ma jeunesse : elle qui sauvait de beaux jeunes hommes veut maintenant sauver de grosses baleines... c'est le début de la sagesse, non ?

      Supprimer
  2. Une autre vidéo. Un caméra-cachée qui révèle de l'intérieur le fonctionnement de ces cliniques avorteuses où la jambe d'un micro-bébé de 11 semaines se vend 75 dollars, où le bras se vend 75 dollars, et où les médecins se réjouissent de ce business qui leur permet de s'acheter des Lamborghini.

    http://leblogdejeannesmits.blogspot.fr/2015/07/etats-unis-une-troisieme-video-montre.html

    RépondreSupprimer
  3. Incroyable mais vrai : des hôpitaux anglais pratiquant l'avortement ont été surpris utilisant ces restes dans les chaudières pour diminuer la facture de chauffage.
    Je crois que même à Auschwitz ils n'avaient pas pensé à ça.
    Alors si notre société "humaniste" et "démocratique" vous donne envie de vomir, je crois que pourrai comprendre.

    Lien (pour ceux qui auraient des doutes) : http://www.telegraph.co.uk/news/health/news/10717566/Aborted-babies-incinerated-to-heat-UK-hospitals.html

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour, merci pour le lien. Quand on retire son humanité à l'enfant à naître et qu'on ne le considère que comme un tas de cellules, alors le pire arrive. On le brûle, on le vend, on le découpe.
    Ce que certaines cliniques font du corps une fois avorté est choquant, mais le véritable scandale c'est l'avortement lui-même qui n'est que l'assassinat d'un petit être sans défense.

    RépondreSupprimer