vendredi 5 juin 2015

La Cour Européenne des Droits de l'Homme vient de rétablir la peine de mort

Tel Créon, l'affreux dictateur de Thèbes, qui décida d'emmurer Antigone vivante, la CEDH vient de décider d'emmurer Vincent Lambert vivant.

En le laissant mourir de soif  - car c'est cela que signifie l'arrêt des soins.

Mort atroce.

Mort atroce, bien loin de l'image de la mort tranquille, du laisser-partir doucement, que cherchent à vendre les médias.

Cet arrêt de la CEDH est un terrible signal envoyé aux personnes faibles, vulnérables, dépendantes, malades, handicapées. 

Ce signal dit, tout simplement : Vous les faibles, ne comptez pas sur nous pour vous protéger.

Or, faibles, vulnérables, dépendants, malades, handicapés, si nous ne le sommes pas aujourd'hui, nous le serons demain, à moins, bien sûr...

A moins bien- sûr de nous euthanasier avant.

Vous les faibles, comptez sur nous pour vous achever.

Bienvenue en Europe, bienvenue dans le meilleur des mondes où la loi-écrite des hommes prime sur la loi non-écrite de Dieu.

Tel Pilate qui s'en lave les mains, la CEDH laisse de nouveau se faire crucifier le Christ.




8 commentaires:

  1. Bonjour Grog, je pensais comme vous avant d’avoir entendu une autre vision des choses et ça m’a fait réfléchir. Nous vivons à l’époque d’énormes progrès en médecine. C’est un gros avantage pour nous, bien sûr, qui pouvons nous soigner. Mais il y a un côté artificiel dans ce progrès. Si l’on vivait à l’époque de nos parents ou grands parents il y a quelques décennies, cet homme serait déjà décédé et personne n’aurait rien reproché aux médecins. La Bible dit que la vie ne nous appartient pas mais elle appartient à Dieu, il nous la donne et il l'a reprend. Or, aujourd’hui, les médecins en décidant de prolonger la vie des patients qui sans les soins intensifs seraient morts, désobéissent à Dieu, vont contre sa volonté. En gros, l homme se met à la place de Dieu et décide, oui ou non, de maintenir en vie un patient. Les médecins se retrouvent pris au piège, d’une part ils doivent faire leur possible car sinon c’est une non assistance aux personnes en danger, si ils laissent les personnes mourir naturellement, ils sont des assassins. Je ne voudrais pas être à leur place franchement. Acia

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Acia, sur ce point, je ne suis pas d'accord avec vous.
    D'ailleurs cette décision n'appartient pas aux médecins : ce n'est pas un problème technique de spécialistes, c'est un problème éthique qui concerne chaque citoyen.
    Donner à boire et à manger à quelqu'un qui ne peut pas le faire tout seul, ce n'est pas s'acharner thérapeutiquement, c'est juste aider son prochain.
    Arrêter de donner à boire et à manger, ce n'est pas le laisser "mourir naturellement", c'est juste laisser mourir - et je persiste pour ce genre de mort, l'image d'une personne emmurée vivante me paraît la plus juste.
    Avec le cas de Vincent Lambert, c'est une bataille civilisationnelle qui se joue. Voulons-nous rester une société chrétienne qui aide le faible ; voulons-nous devenir une société païenne qui l'élimine.
    Avortement, euthanasie, mariage gay : l'infernale trinité de notre époque.

    RépondreSupprimer
  3. Où passe la limite entre la décision humaine et la volonté de Dieu qui a, encore une fois, le pouvoir suprême sur la vie? pour moi c’est cette question là qui est primordiale et au dessus de toute éthique humaine. Une personne qui survit d’un accident mais dont le cerveau est incapable de faire fonctionner le corps, donc, sans intervention médicale ne vivrait même pas un jour, comment faire? Il ne s’agit pas seulement de lui donner à manger et à boire, derrière il y a tout un suivi technique, car encore une fois, la personne est inconsciente. Aujourd’hui je n’ai pas de solution à ce problème.Je ne suis pas Dieu. Je prie juste qu’il montre sa volonté pour cette personne et éclairé les gens qui l’entourent. Acia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Acia, lisez s'il-vous-plaît cet article, et dites-moi ce que vous en pensez.

      http://leblogdejeannesmits.blogspot.fr/2015/05/inde-aruna-shanburg-le-vincent-lambert.html

      Supprimer
    2. Et celui-ci aussi.
      http://leblogdejeannesmits.blogspot.fr/2015/01/un-homme-se-reveille-apres-12-ans-en.html

      Voyez-vous, il n'est pas du tout certain que les personnes dites "en état végétatif", soient vraiment "inconscientes".

      Supprimer
  4. Bonjour Grog, merci pour ces articles, une chose est sûre pour moi c’est que j’aurais agi comme toutes ces personnes qui s’occupaient de leurs proches dans un état végétatif. Je ne voudrais surtout pas me mettre à la place de Dieu et décider de la vie ou de la mort. La question d’euthanasie ne se posais pas à l’époque de nos grands parents, les gens mouraient de "la mort". Aujourd'hui c’est différent, l’homme sait beaucoup de choses, ces progrès sont permis par Dieu, s’il a permis que cet homme survive de son accident, c’est qu’il a un plan pour lui. Quel est ce plan ? le ramener à la vie ou au contraire, le reprendre. Mais c’est sûr, le fait de le priver d’alimentation serait un meurtre. C’est une certitude pour moi. C’est à cette conclusion que je suis arrivée... Acia

    RépondreSupprimer
  5. Euh...j’ai parcouru votre blog en quête de votre adresse mail, mais j’ai rien trouvé, pourtant elle y était bien à un moment donné. Où est ce que je peux vous écrire en privé comme je voulais le faire il y a quelques semaines ? merci d’avance. Acia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Acia, faire la volonté de Dieu, et non la nôtre, voilà toute la difficulté.
      Mon mail a effectivement disparu : je suis passé en mode sous-marin.
      Vous pouvez me contacter ici : groglefrog@gmail.com (il faut juste que je retrouve les codes d'accès)

      Supprimer