samedi 27 juin 2015

KVAS IS THAT ?

Hier, après une grande marche de plusieurs heures au soleil dans le massif de la Chartreuse, j'ai soudain eu envie de boire un grand verre de KVAS, cette surprenante boisson à base de pain fermenté, à la robe dorée, nourrissante, désaltérante, très légèrement alcoolisée et doucement pétillante.

De retour dans mon village de l'avant-pays savoyard, je n'ai pu que constater - sans surprise aucune - l'absence de vendeuses de KVAS aux coins des rues.

J'étais à Pont-de-Beauvoisin en Isère, et non pas en Russie où le KVAS est - loin devant la vodka - la véritable boisson nationale.

Pendant quelques instants, je me suis demandé s'il ne serait pas possible de le préparer moi-même : j'avais vu faire ma chérie à la datcha.

Du KVAS fait maison, dans ma datcha non loin de Togliati, oblast de Samara, Russie !


Mais j'ai vite abandonné l'idée car le processus de fabrication de ce breuvage - bon au goût et bon pour la santé - prend plusieurs jours et nécessite - outre du pain et un savoir-faire spécifique - des bocaux spéciaux et une sorte de sirop d'orge ou de seigle dont je ne disposais pas.



Abandonnant ce beau projet de KVAS, j'ai finalement bu de grandes gorgées d'eau fraîche et, une fois désaltéré, je me suis servi quelques petits verres de cette autre excellente boisson qu'est la Chartreuse : élixir monastique de longue vie aux cent-trente plantes et mille vertus, vieilli dans des foudres de chêne de Russie, et dont la recette millénaire n'est connue que de trois frères chartreux.

Résultat de recherche d'images pour "chartreuse alcool"


Devenu aussi philosophe qu'un moine, j'ai contemplé, depuis ma terrasse, les montagnes où au loin se nichait le monastère, le Guiers qui coulait doucement à mes pieds, et le ciel bleu que trouaient quelques nuages blancs, 



Devenu aussi moine qu'un philosophe, j'ai écouté les cloches des églises vides qui sonnaient à toute volée, j'ai entendu les éclats de rire des enfants qui s'éclaboussaient dans le torrent où ils se baignaient pourtant pour la deuxième fois, et même j'ai cru apercevoir - malgré la cire chaude d'abeille qui scellait mes paupières - sur le chemin qui mène du Guiers à la Grand Rue, des sirènes.

Des sirènes, oui, mais leur front, mais leurs lèvres, mais leur langue, mais leur gorge, mais leurs épaules mais leurs bras, mais leurs seins, mais leur ventre, mais leur chute de rein, étaient voilés d'une longue chevelure noire et tordue jusqu'à leurs pieds. 

J'ai frissonné d'horreur.


2 commentaires:

  1. Bonjour Grog. Je suis natif de cette belle région et la Chartreuse est une liqueur utilisée pour beaucoup de maux. Etant peu malade, je l'utilise à titre préventif en long drink 1 (gros) doigt de Chartreuse, glaçons et Schwepps. Un enfant du pays parle de la 'Santé par les plantes' donc de la Chartreuse dans ce sketch qui nous autre Dauphinois, nous fait rire.
    L'homme de la Jigouli, Crimée, Aiguebelle Bayard!!
    https://www.youtube.com/watch?v=dtpI555xGqI

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Jigouli Man, un grand merci pour le lien qui m'a bien fait rire : "voituredidacte" et "anastasié", c'est très bon ! Je vais d'ici peu tenter votre recette de Chartreuse en long drink, rien de tel qu'une boisson bio pour être en forme.
      Une amie polonaise qui habite le Dauphiné a fait découvrir cette élixir à certains proches : ils délaissent maintenant la vodka pour la Chartreuse !
      N'oubliez donc pas de charger une belle caisse de Chartreuse dans votre future Jigouli : les habitants de Crimée apprécieront.

      Supprimer