lundi 16 mars 2015

Confession d'un croque-mort russe


La petite église catholique de Togliatti (avec une jolie Lada Kalina au premier plan)

Il faut croire que mon niveau de russe s'améliore car dimanche dernier, dans la petite église catholique de Togliatti, j'ai presque compris tout le sermon du prêtre polonais. Il nous a raconté qu'il connaissait bien un croque-mort. Celui-ci lui disait :



"J'ai enterré des vieilles grands-mères, des vieux grands-pères, des hommes malades, des femmes en pleine santé, des jeunes filles, des jeunes garçons, des enfants, des bébés.

Les gens disent toujours que la mort qui frappe de façon accidentelle les enfants ou les jeunes adultes est une véritable tragédie.


Pour moi, il n'y a pas de différence.


Pour moi, la tragédie, ce n'est pas de mourir en quelques semaines d'un cancer fulgurant alors qu'on a 30 ans et qu'on était en pleine santé, ce n'est pas de mourir dans un accident de voiture à 20 ans, ce n'est pas de mourir noyé dans la Volga à 7 ans.


Pour moi il n'y a pas de tragédie car tous les hommes doivent mourir un jour ou l'autre.


La véritable tragédie, ce n'est pas ça.


La véritable tragédie, c'est de mourir sans Dieu, sans croire en Dieu, loin de sa lumière."


Pour les croyants,  pour ceux qui croient en la "bonne nouvelle", la mort en effet n'est pas une tragédie mais un drame. Un drame terrible, assurément, mais non définitif. Ce sermon m'a fait penser à cette phrase de Martin Luther King :

"La mort n'est pas un point final, mais une virgule dans la phrase qu'écrit l'Eternel"


Résultat de recherche d'images pour "martin luther king citation"




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire