jeudi 15 janvier 2015

10000 soldats mobilisés, pour quoi faire ?

Il y a un blog que je lis de temps en temps qui s'appelle "un Français en Russie" et qui est tenu par un officier français à la retraite qui vit actuellement à Moscou. 

Son analyse du déploiement de 10000 hommes sur le sol français est vraiment éclairante de l'inaction constitutive du gouvernement actuel.

Gesticulation et communication plutôt qu'action.

Bonne lecture !



Les Français ne doivent pas vivre dans la peur. Et pour ça on ne lésine pas : 10000 militaires dans les rues.

10000, c’est énorme ! (…) car ça fait de la France métropolitaine le plus vaste théâtre d’opérations actuel. Ça mérite quand même qu’on s’y arrête. Cela signifie-t-il un nouveau front, un conflit ? Cela signifie-t-il que nos autorités gouvernementales aient pris conscience que nous étions en guerre ?

Alors je vais tenter de répondre à ça. Quitte à jouer les rabat-joie ! Car c’est ce qu’on fait de ces 10000 hommes qui donne la réponse. Comme c’est également la désignation d’un ennemi bien identifié qui éclaire à ce sujet (...)

L’emploi de ces 10000 militaires. Il ne me semble pas qu’on les utilise comme des militaires, à savoir encadrés par les militaires, selon une mission militaire, en unités constituées. On les saupoudre plutôt, me semble-t-il, ici et là sous l’autorité des policiers et gendarmes. En fait ils font l’appoint, sans pouvoirs de police, et avec un régime d’utilisation de leurs armes très contrôlé et même restreint. En fait, et sans vouloir faire peur, ils sont sous-employés. Et leur effet dissuasif me parait très faible (...)

Cela dit quitte à utiliser l’armée avec de tels volumes, on aurait pu envisager d’autres possibilités que le risque actuel permet d’envisager sans qu’on crie à l’atteinte aux libertés. 

On connait très bien les quartiers sensibles, là où sont susceptibles de se développer des nids de terroristes, des quartiers là où il est probable qu’on trouve des armes et d’autres trucs au passage. Alors donc utilisons l’armée de façon cohérente, encadrée par ses officiers. Organisons des ratissages de police des quartiers, ceux où les forces de l’ordre ne peuvent guère ou pas opérer actuellement, sous la protection de l’armée, avec son appui. Ça les militaires savent faire, appuyer, protéger. Profitons de l’ambiance actuelle pour faire ce qu’on n’ose pas faire depuis longtemps et qui pourtant serait nécessaire. C’est bien beau de pleurer parce qu’on tire à la kalachnikov dans nos rues, si on ne se donne pas les moyens de désarmer truands et terroristes (...).

Parce que pour l’instant, on se gorge de mots, on s’admire, on chante la Marseillaise, on est Charlie, on bavarde, mais on n’agit guère. On est défensif, mais surtout pas offensif. Si on fait la guerre, puisqu’on aime employer ce terme, et bien on la fait. Et faire la guerre ce n’est pas mettre des hommes en kaki devant les synagogues, les mosquées, les administrations ou je ne sais quoi. On reste dans la com là !




 Pour en savoir plus sur cet officier français, c'est par ici :


expat-spb.blogspot.ru




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire