lundi 18 août 2014

TOGLIATTI, JE T'AIME ET C'EST INEXPLICABLE !


Il y a quelques mois, j'ai eu le plaisir de prendre une bière avec FRED GRIOT, www.fgriot.net, un poète invité par l'Alliance française de Togliatti.
C'était en avril, quand la neige fond et laisse place à la boue et à la poussière.
En avril - avant le grand nettoyage du Printemps - quand les seules feuilles des arbres sont des sacs plastiques déchirés et délavés. 

En avril, quand les seules fleurs qui ornent le béton sont d'humides paquets de cigarettes écrasés et des cadavres vides de bouteilles de bière tordues.
Manifestement, Togliatti a été un choc pour le poète qui, contrairement à moi, n'y a pas vu UN NOUVEAU VERSAILLES mais plutôt un monde tout droit sorti de l'imagination fabuleuse d'ENKI BILAL !

Je reproduis ici de larges extraits de son blog, avec quelques photos.

me 09.04.14
Москва. Самара (Samara). Тольятти (Togliatti).
et puis 1 100 km plus loin, plus au sud, la Volga surgit soudain en partie gelée. elle approche, ici, les 15 km de large.



Togliatti et la Volga, photo de FRED GRIOT

commence alors l’autoroute défoncée, la poussière… le vertigineux défilement de ce que je n’avais jamais vu… et c’est 1 heure et 30 minutes d’ornières et de nids de poules où il faut avoir quelque expérience de ce bitume torturé, éclaté par le froid, le chaud, à peine rustiné par l’entretien rudimentaire.
et l’on file et raie l’espace des forêts, du pays plat, de la terre noire, encore, encore, encore…
et l’arrivée…
Togliatti Togliatti…
poème de la poussière.
je continue de me prendre dans la tronche toute l'immense vague de la continentalité russe, terrienne, et p… c’est bon, c’est dingue.
c’est de cette profondeur que doit être générée, engendrée ce que l’on appelle son « âme ». née, conséquence, effloraison de cette terre sans fin, sans fond, noire.
la ville couverte de boue de neige, les usines, les steppes, c'est du Enki Bilal dans les grandes largeurs. ça ressemble plus à des vacances au « Stalker club » qu’au « Club Med », et j’aime ça.



La ville couverte de boue, de neige. Photo de GROG

Togliatti toute plate, et ses trois districts, n’a pas de centre… c’est une étendue, juste une étendue de béton, de bitume et de terre… elle a longtemps été la plus grande usine automobile du monde (AvtoVaz - Lada) avec ses 160 000 ouvriers. d’un village de 6 000 habitants, submergé par le barrage dans les années 50, elle est passée à une ville de 800 000 âmes.
« un désert vivant » dira ma fille en découvrant les photos.


les cheminées crachant noires, les usines noires, et cette terre toujours, sur les trottoirs, c’est tout un monde, presque une icône, post industriel, post soviétique, qui semble surnager. 

sieste éclair… puis musée en plein air de l’armée, le musée de la grande faucheuse : hélicos hors mesures, chars, migs, missiles, sous-marins nucléaires… toute la fabuleuse ingéniosité malheureuse, monstrueuse. chaque machine a sa fonction, précise, spécialisée, terrifiante, mortifère, avec cette « esthétique », ce design si particulier aux soviets.




Togliatti, le musée de la guerre, photo de FRED GRIOT

taxi, et ce sont à nouveau les avenues défoncées, géantes, les ronds-points défoncés, géants, les blocs d’immeubles immenses, gris, fatigués, géants.

Les blocs d'immeubles immenses. Photo de GROG.


(...) on rentre à l’hôtel, mange avec quelques français rencontrés là par hasard, précepteurs dans quelques grandes familles du coin.
je fais mon sac du lendemain, me couche, tout ça résonne, résonne, résonne encore longtemps dans la nuit de Togliatti… 
je 10.04.14
Тольятти. Самара
quitter Togliatti 
la petite Elena que je ne reverrai jamais
sans doute
Elena dans sa ville
son monde de naissance
dont elle est si peu sortie
comme la plupart ici
Togliatti le poème fabuleux de la grande poussière
quitter Togliatti 
Togliatti je t’aime et c’est inexplicable



Chers lecteurs, vous connaissez peut-être Paris, Londres, New-York, Shangaï, Moscou, Tokyo, Madrid, Rome... mais TOGLIATTI, C'EST AUTRE CHOSE !!!




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire