jeudi 7 août 2014

LE LIVRE IMPROBABLE : LES 39 MARCHES de Buchan



Vous est-il déjà arrivé de vous retrouver sans absolument rien à faire ni rien à lire dans un endroit perdu ? Par exemple, chez la tante Berthe en Creuse, ou dans un hôtel bas de gamme en Moldavie ou au Havre ? 
Mais là, oh surprise - alors que vous étiez presque prêt à jouer aux cartes avec le petit cousin Jean ou à vous coucher de bonne heure - vous tombez sur un livre, ou plutôt un livre vous tombe dessus.

Vous ne connaissez ni l'auteur, ni le titre, vous feuilletez l'ouvrage, les premières lignes sont plutôt accrocheuses, et vous vous dites pourquoi pas !

Ce livre - souvent poussiéreux et abîmé - que vous n’auriez jamais acheté, que vous n’auriez jamais pensé lire, et que pourtant vous lisez, parce qu’il n’y a rien d’autre...
Ce livre surprise qui, vues les circonstances et faute de mieux, s’impose à vous,  ce livre que vous lisez et que finalement vous aimez, je l’appelle le livre improbable.

Ici à Togliatti - oblast de Samara, Russie - les cartons de l’Alliance Française regorgent de livres improbables. Ma dernière trouvaille : une édition de poche de 1967 d'un livre écrit en 1915 par un Anglais, un certain John Buchan ! 




La première phrase du livre donne le ton : 
"Quand je sortis de la City, aux environs de trois heures, par cet après-midi de mai, j'étais passablement dégoûté de la vie."

Deux pages plus loin, un voisin étrange fait brutalement irruption dans le salon du narrateur. "Pardon, dit le voisin, je suis un peu nerveux ce soir. Seulement, voilà : en ce moment, je suis mort." 

A la fois polar, thriller et roman d'espionnage, ce livre se lit d'une traite comme cent grammes de vodka.

Les 39 marches a même été adapté en 1935 au grand écran par Hitchcock !




Et vous, chers lecteurs, quels livres improbables avez-vous déjà eu la chance de lire ? Et dans quelles circonstances ?



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire