samedi 26 juillet 2014

OULIANOVSK, les MISSILES et le KOLOBOK !


En lisant des articles sur le terrible crash de la Malaysia Airlines en Ukraine, j’ai été très surpris de trouver à plusieurs reprises le nom d’Oulianovsk.
Pourquoi Oulianovsk ?
Car, c’est dans cette ville de 650 000 habitants - située à quatre heures de route seulement de Togliatti - que sont fabriqués les missiles BUK SA-11 et SA-17 supposés responsables de la destruction du vol MH17.
Cette ville – qui jusqu’en 1924 s’était appelée Simbirsk – fut rebaptisée Oulianovsk en l’honneur d’un certain Vladimir Ilitch Oulianov – plus connu sous le nom de Lénine - qui y était né.

Les missiles et Lénine, voilà qui n’est pas très gai.

Mais heureusement il n’y a pas que ça à Oulianovsk…
Outre un très joli centre-ville avec de belles maisons en bois dominant la Volga majestueuse, Oulianovsk est aussi la patrie du KOLOBOK !
Le KOLO qui ? Le KOLO quand ? Le KOLO quoi ?
Le KOLOBOK, voyons ! Ce personnage universel du monde des contes, cette petite boule de pâte frite, ce beignet, cette galette, qui prend vie.
Vous ne voyez toujours pas ?


Le KOLOBOK, ce petit blini qui roule, qui roule et qui en chemin rencontre un lapin, un loup gris, un ours et un renard…

A Oulianovsk, sa figurine ronde en bois coloré se trouve dans toutes les boutiques de la ville.
Des affiches, des tee-shirts, des cartes postales sont à son effigie.
Et il y a même  une statue pour lui rendre hommage.





Et voici une excellente adaptation animée russe !





Le KOLOBOK, en France, c’est ROULE GALETTE, une histoire pour les petits et les grands à lire ou à relire, à dévorer – comme une galette chaude - sans attendre !!!


ROULE GALETTE  ou le KOLOBOK à la française

Dans une petite maison, tout près de la forêt, vivaient un vieux et une vieille.
Un jour, le vieux dit à la vieille :
- J’aimerais bien manger une galette…
- Je pourrais t’en faire une, répond la vieille, si seulement j’avais de la farine.

- On va bien en trouver un peu, dit le vieux : monte au grenier, balaie le plancher, tu trouveras sûrement des grains de blé.
- C’est une idée, dit la vieille, qui monte au grenier, balaie le plancher et ramasse les grains de blé.

Avec les grains de blé elle fait de la farine ; avec la farine elle fait une galette et puis elle met la galette à cuire au four.

Et voilà la galette cuite. « Elle est trop chaude ! crie le vieux. Il faut la mettre à refroidir ! »

Et la vieille pose la galette sur la fenêtre. Au bout d’un moment la galette commence à s’ennuyer. Tout doucement elle se laisse glisser du rebord de la fenêtre, tombe dans le jardin et continue son chemin.

Elle roule, elle roule toujours plus loin…

Et voilà qu’elle rencontre un lapin.

- Galette, galette, je vais te manger, crie le lapin.
- Non, dit la galette, écoute plutôt ma petite chanson.

Et le lapin dresse ses longues oreilles.

Je suis la galette, la galette,
Je suis faite avec le blé ramassé dans le grenier.
On m’a mise à refroidir, mais j’ai mieux aimé courir !
Attrape-moi si tu peux !

Et elle se sauve si vite si vite qu’elle disparaît dans la forêt.


Elle roule, elle roule sur le sentier, et voilà qu’elle rencontre le loup gris.

Galette, galette, je vais te manger dit le loup.
Non, non, dit la galette ; écoute ma petite chanson.

Je suis la galette, la galette,
Je suis faite avec le blé ramassé dans le grenier.
On m’a mise à refroidir,
Mais j’ai mieux aimé courir !
Attrape-moi si tu peux !

Et elle se sauve si vite, si vite que le loup ne peut la rattraper.

Elle court, elle court dans la forêt et voilà qu’elle rencontre un gros ours.

- Galette, galette, je vais te manger grogne l’ours de sa grosse voix.
- Non, non, dit la galette ; écoute plutôt ma chanson !

Je suis la galette, la galette,
Je suis faite avec le blé ramassé dans le grenier.
On m’a mise à refroidir,
Mais j’ai mieux aimé courir !
Attrape-moi si tu peux !


Et elle se sauve si vite, si vite que l’ours ne peut la retenir.

Elle roule, elle roule encore plus loin et voilà qu’elle rencontre le renard.
- Bonjour, galette, dit le malin renard. Comme tu es ronde, comme tu es blonde !
La galette, toute fière, chante sa petite chanson, et pendant ce temps, le renard se rapproche, se rapproche, et quand il est tout près, tout près, il demande :

- Qu’est-ce que tu chantes, galette ? Je suis vieux, je suis sourd, je voudrais bien t’entendre. Qu’est-ce que tu chantes ?
Pour mieux se faire entendre, la galette saute sur le nez du renard, et de sa petite voix elle commence :



Je suis la galette, la galette,
Je suis faite avec le…

Mais, HAM !… le renard l’avait mangée...


6 commentaires:

  1. Kolobok, est tout mignon,
    mais une petite galette frite c'est aussi très bon
    mais je ne sais pas si, a la place du renard, je n'aurais pas fait la même chose.

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai que le kolobok est à croquer. Et il me semble que votre avatar - un petit ours avec une balalaïka - pourrait tout a fait trouver sa place dans ce conte !

    RépondreSupprimer
  3. Ah le beau folklore russe !

    Я Колобок, Колобок,
    Я по коробу скребен,
    По сусеку метен,
    На сметане мешон
    Да в масле пряжон,
    На окошке стужон.
    Я от дедушки ушел,
    Я от бабушки ушел,
    От тебя, зайца, подавно уйду!

    Et la petite souris Mychka-norouchka est très connue aussi :
    http://skazki.kakras.ru/skazki_25.html

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Elena,
    Et merci pour la version russe du Kolobok !
    Je vais tout de suite me plonger dans cet autre сказка que vous suggérez : Mychka-norouchka.

    RépondreSupprimer
  5. et en Ukraine il n'y a jamais eu de BULK tiré sur cet avion. C'est marrant cette propension à rêver parfois et rester scotché comme vous le faites souvent sur des idées préconçues . Mais bon vous n'êtes pas Baudelaire, ni Artaud n'est ce pas?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si, si, bien-sûr je suis Baudelaire ! Bon je ne vois pas trop le rapport entre Baudelaire, Artaud et le kolobok dont il est question dans cet article...
      Quant à votre phrase "il n'y a jamais eu de BUK tiré sur cet avion", je ne sais pas comment la comprendre. Dans mon article je dis que le buk est "supposé responsable". J'ai écrit d'autres articles sur le CRASH où j'envisage les autres hypothèses.

      Supprimer